Droits sans frontières

Incomindios s'associe à la campagne droits sans frontières. Plus d'information peut être decouvert ici.

Qui sommes-nous ?

Depuis 1974, l’organisation suisse de défense des droits humains Incomindios s’engage en faveur des droits des peuples autochtones à l’échelle planétaire, bien qu’un accent tout particulier soit placé sur l’Amérique du Nord, centrale et du Sud. Incomindios jouit depuis 2003 du statut consultatif auprès de l’ONU (ECOSOC).

Qui est autochtone ?

Quels groupes ethniques peuvent être qualifiés d’autochtones ou se ranger d’eux-mêmes dans cette catégorie ? La question fait continuellement l’objet de controverses. Au bout du compte, tous les débats reviennent toujours à la définition de travail formulée par l’avocat et diplomate équatorien José Martínez Cobo, dans une étude qui lui confièrent les Nations Unies dans les années 70 au sujet de la discrimination des populations autochtones.

Elle se base sur divers critères objectifs et une auto-identification subjective. Parmi les points communs aux groupes autochtones, Martínez Cobo compte les expériences historiques du colonialisme et de la conquête, la différence culturelle vis-à-vis de la société nationale majoritaire, ainsi que la marginalisation et les préjudices subis à notre époque. L’autochtonie ne va donc pas nécessairement de pair avec un mode de vie particulier.

Les souffrances du peuple lakota

Le 15 septembre, l’Aînée Charmaine White Face, porte-parole du gouvernement traditionnel des Oglala Tituwan Oceti Sakowin (Great Sioux Nation, USA) et membre de l’organisation environnementale « Defenders of the Black Hills », a tenu à Berne un exposé sur la pollution radioactive provoquée par les mines d’uranium. Son exposé a été organisé conjointement par Incomindios, non-au-nucleaire.ch et Fokus Anti-Atom.

Le génocide des Lakotas

Charmaine White Face se bat depuis des années pour la reconnaissance de ses droits tribaux face aux USA et à aux exploitants de mines d’uranium. C’est au nom du peuple lakota qu’elle exige l’assainissement et la renaturation complète des mines, ainsi que des indemnités.

Charmaine a parlé des impacts sanitaires des radiations émanant des 3727 mines d’extraction d’uranium laissées à l’abandon et auxquelles est soumis le peuple autochtone des Lakotas. La poussière et les eaux de ruissellement en provenance de ces mines contaminent l’air et les cours d’eau de la région avec des particules radioactives dangereuses pour la santé. Ces particules finissent ainsi dans la nappe phréatique, d’où est puisée l’eau potable. La poussière contaminée et l’eau polluée provoquent des maladies telles que cancer des poumons, diabète ou maladies cardiaques et sont la cause d’un taux élevé de fausses couches. Le taux de cancer chez les personnes autochtones des Grandes Plaines (Dakota du Nord et du Sud, Nebraska et Iowa) est le plus haut de tous les USA, comme l’a expliqué Charmaine.

Le Tchernobyl de l’Amérique

Après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’énergie atomique était louée comme le nouvel approvisionneur en électricité. Cela a conduit à une hausse du prix de l’uranium, raison pour laquelle son extraction a été fortement encouragée au Dakota du Nord et du Sud, au Wyoming et au Montana. Du fait de la conjoncture favorable, les mines ont été mises en service avec empressement et furent abandonnées aussi vite. Ces mines abandonnées se trouvent en grande partie sur le territoire des Lakotas. Des études indépendantes démontrent que certaines mines diffusent des taux de radiations de 1400 millirems par heure – c’est 120’000 fois plus élevé que le taux autorisé d’exposition aux radiations de 100 millirems par an !

Charmaine a présenté de nombreux exemples témoignant de l’irradiation de la région. L’un d’eux est particulièrement effrayant, puisque l’une de ces mines privées abandonnées est située à juste 200 mètres de l’école primaire de Ludlow (Dakota du Sud) et diffuse un taux de radiations quatre fois plus élevé que les émissions radioactives de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon.

L’uranium – un problème global

À ce jour, les menaces imputables aux terrils de déblais librement exposés aux éléments sont toujours bien réelles. À ce jour, la population américaine reste à peine informée de l’existence même d’une contamination radioactive de cette envergure. Comme l’a explique Charmaine, la population a pourtant le droit de recevoir des éclaircissements sur la situation.Le territoire des Lakotas est situé dans une région rurale qui vit de l’agriculture. Les céréales cultivées là-bas sont exportées vers le monde entier – des céréales provenant de champs irrigués avec de l’eau contaminée ! Selon Charmaine, les mines d’uranium, qu’elles soient abandonnées ou encore exploitées, ne sont ainsi pas exclusivement le problème des Lakotas : cela concerne la population mondiale prise dans son ensemble. Il est donc impératif de limiter l’ampleur de la contamination de l’environnement par l’effet de la radioactivité et les dommages sanitaires qui en découlent.

C’est pourquoi la décontamination de ces mines d’uranium abandonnées doit commencer DÈS MAINTENANT !

Plus d’informations sur :

www.defendblackhills.org

http://www.cleanupthemines.org/

 

 

Texte : Karen Pfefferli

Traduction : Patrick Bapst

 


« Peuples Autochtones et Industries Extractives – les défis et l’approche FPIC comme solution », 2 décembre 2014


Le Mécanisme d’Experts sur les droits des peuples autochtones: Débat d’experts


Cartes de Noël Incomindios

La vente des cartes de Noël Incomindios a commencé ! Faites plaisir à vos proches avec quelques lignes rédigées au verso d’images colorées prises par Bianca Hunkeler. Ces cartes (enveloppes incluses) sont disponibles au prix de 20 CHF (set de cinq cartes).

Avec l’entier de cette contribution, vous soutenez Incomindios et nous aidez à nous engager avec les peuples autochtones pour la défense de leurs droits.

Pour admirer les cartes, c’est par ici !

Nous prenons volontiers vos commandes directement à notre adresse mail@incomindios.ch ou par l’intermédiaire du formulaire de commande de la boutique Incomindios.

Votre équipe Incomindios.


FONDS DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SUR LES POPULATIONS AUTOCHTONES

APPEL À CANDIDATURES:

© Copyright: UNFund Indigenous Populations

13e session de l’Instance Permanente sur les questions autochtones

(12-23 mai 2014)

&

7e session du Mécanisme d’Experts sur les droits des peuples autochtones

(7-13 juillet 2014)

 

Chers tous, veuillez noter que la date limite de soumission des candidatures pour assister à la 13e session de l’Instance Permanente ainsi qu’à la 7e session du MEDPA est le: 1er novembre 2013.

Les formulaires de demande de subvention pour ces réunions sont joints au présent message et disponibles sur notre site web au lien suivant : http://www.ohchr.org/FR/Issues/PAutochtones/FondsPopulationsAutochtones/Pages/ApplicationsForms.aspx

Pour de plus amples informations sur le Fonds Volontaire, veuillez consulter le lien suivant : http://www.ohchr.org/FR/Issues/PAutochtones/FondsPopulationsAutochtones/Pages/Fondspopulationsautochtones.aspx

Cordiales salutations.

Le Secrétariat du Fonds Volontaire.

 


Atelier pratique sur la propriété intellectuelle et les ressources génétiques, les savoirs traditionnels et le folklore (dénommés collectivement “savoirs traditionnels” par souci de clarté) à l’intention des peuples autochtones et des communautés locales

L’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) organisera un atelier pratique sur la propriété intellectuelle et les ressources génétiques, les savoirs traditionnels et le folklore (dénommés collectivement “savoirs traditionnels” par souci de clarté) à l’intention des peuples autochtones et des communautés locales, à Genève, du 4 au 6 décembre 2013.

Objectifs

Cet atelier pratique permettra :

  • de transmettre des connaissances élémentaires sur les grands principes du système de propriété intellectuelle du point de vue des savoirs traditionnels, en mettant l’accent à la fois sur la valeur potentielle que la propriété intellectuelle pourrait apporter à la protection des savoirs traditionnels et aux lacunes à combler dans le système de propriété intellectuelle;
  • d’expliquer la raison d’être, les objectifs et la méthode des négociations qui sont menées dans le cadre du Comité intergouvernemental de la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et au folklore;
  • de sensibiliser le public aux outils de propriété intellectuelle et aux documents de l’OMPI qui présentent un intérêt pour la protection des savoirs traditionnels.

Participants

Les 14 participants de l’atelier pratique, environ deux par région géoculturelle reconnue par l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones, seront sélectionnés sur la base des critères ci-après. Chaque participant devra :

  • être un membre actif d’une organisation ou d’une ONG représentant des peuples autochtones ou d’une communauté locale;
  • être nommé par écrit par son organisation ou son ONG représentant des peuples autochtones ou sa communauté;
  • avoir une expérience appropriée en matière de réunions et de processus internationaux;
  • savoir parler l’anglais, l’espagnol, le français ou le russe;
  • avoir motivé son intérêt pour l’atelier pratique; et,
  • avoir indiqué être disposé à partager les informations réunies et les données d’expérience acquises lors de l’atelier avec les membres de son peuple ou de sa communauté et avec d’autres peuples autochtones ou communautés locales.

Les participants sélectionnés pourront être invités à participer à des discussions de groupe dans le cadre de l’atelier.

http://www.wipo.int/tk/fr/indigenous/workshop.html


17.9.2013: Les défenseurs des droits de l’homme et l’accès des peuples autochtones à la justice

Nous invitons cordialement toutes les délégations participant à la 24ème Session du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève à une table ronde sur le thème :

Les défenseurs des droits de l’homme et l’accès des peuples autochtones à la justice

Mardi 17 Septembre 2013, 12.00 – 14.00

Salle de conférence XXI, Palais des Nations

Participants :

  • Chef Wilton Littlechild, président du Mécanisme d’experts des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (EMRIP), au sujet de l’étude de l’EMRIP sur l’accès à la justice
  • Dolores Infante-Cañibano, Haut-commissariat aux droits de l’homme, au sujet du mandat du Rapporteur spécial sur les défenseurs des droits de l’homme
  • Devasish Roy, membre de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones, au sujet des défenseurs des droits de l’homme dans les Chittagong Hill Tracts, Bangladesh
  • Leonard Foster, National Native America Prisoners’ Rights Coalition, USA, au sujet de Leonard Peltier et des défenseurs autochtones des droits de l’homme aux USA
  • Ghazali Ohorella, Alifuru, coprésident du Groupe global de coordination pour la Conférence mondiale des Nations Unions sur les peuples autochtones, représentant des défenseurs des droits de l’homme aux Moluques
  • Andrea Carmen, International Indian Treaty Council, facilitateur

Coorganisé par l’International Indian Treaty Council et Incomindios

Traductions en espagnol, anglais et français fournies par DoCip


Hébergement pour les délégués – MEDPA 2013

Incomindios n’organisera pas de centre d’accueil cette année.

Les délégués à la recherche d’un hébergement économique doivent contacter CAGI (le Centre d’Accueil – Genève Internationale) pour la réservation de chambres abordables (35 CHF / nuit) à Genève.

D’autres possibilités d’hébergement sont répertoriés sur le site de DoCip.


Réunions Incomindios pendant le MEDPA

Nous invitons tous les délégués à notre événement pendant le MEDPA

Atelier sur Comment transmettre les savoirs qui favorisent l’accès et la participation des jeunes autochtones à l’ONU?

Lundi, le 9 juillet 2012, 18.30 – 20.00
WIPO bâtiment principal, Salle de conférence B
34, Chemin des Colombettes, CH-1211 Genève

Réunion – Débat sur Revitaliser les Cultures et les Langues Autochtones

Miércoles, 11 de Julio 2012, 13:15 – 14:45
Cuarto XXIII, Palais des Nations,
14, Avenue de la Paix, 1211 Ginebra

Plus d’information sur le MEDPA peut être decouvrit ici.